Amitié et trahison

Non, non je ne suis pas morte. Juste très occupée.

Je suis malade, ce n’est pas un scoop, – après tout ça fait trois ans – et pas d’une maladie visible. Au risque de m’entendre dire que ce n’est pas une maladie, que je suis folle, que j’ai tout pour être heureuse etc, oui, médicalement, je suis déclarée dépressive – première fois que je l’écris d’ailleurs. Je n’ai pas envie de vous raconter ce qui m’a amené là, de ce qui est mon combat quotidien avec des hauts et des bas, des crises de paniques, des médicaments qui vous rendent dépendants, des âneries des médecins qui ont fait que mon sevrage a été terrible et suivit d’une rechute, des heures d’analyse, de l’envie de se tuer, de la sensation de perdre pieds et de se perdre.

Oui je vais mieux bien mieux suffisamment pour envisager de retenter un sevrage progressif cette fois ci pour éviter la crise de manque de la dernière fois. Et j’espère bien y arriver ^^.

Pourquoi je vous raconte ça? Tout simplement parce qu’une simple phrase m’a fait beaucoup de mal. Ma thérapie actuelle, fort intéressante, a traité et traite encore les personnes toxiques à plusieurs points de vue et de fait beaucoup de choses ont changé avec un tas de personne – un ménage de printemps à grandes eaux. Seulement, voila, un événement me fait dire que je n’ai pas utilisé assez de détergent.

Il s’avère que je ne suis pas très assidue dans mes rendez-vous chez la psychologue du fait de son agenda et du mien. Et là, Y, amie de longue date au cours d’une de nos discutions me balance – oui je deviens vulgaire des fois – « si tu ne fais pas un suivi plus régulier, hebdomadaire, c’est que tu n’as pas envie de guérir et donc je ne veux plus te voir. » Après j’ai fait l’huître – comprendre j’ai fait la morte – le temps de digérer et d’aborder le sujet avec ma psy.

Je trouve ça injuste comme réflexion. Pourquoi ? Parce que je fais au mieux avec les agendas de tout le monde, que je travaille et que surtout je fais de mon mieux. J’ai beaucoup évolué depuis Janvier et très honnêtement j’en suis assez fière. Certes je ne m’en sors pas sans médocs mais je gère au mieux tout. J’ai surtout trouvé ça risible venant de quelqu’un que j’ai porté à bout de bras pendant beaucoup de temps.  Et le premier qui me dit que c’est une façon de s’inquiéter pour moi je lui ris au nez.Et puis ce n’est pas de l’amitié non ?

C’est pas la fin du monde, en soi ce n’est pas grave mais bon j’ai ressenti ça comme une trahison.

Et puis c’est passé parce que cela n’a aucune importance en fait.

273380

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s