Peurs et paniques

12541068_10153230560621269_1568238488987363308_nCeci n’est pas un énième retour, juste l’expression d’une souffrance. J’ai besoin d’écrire pour évacuer. Cela devient urgent. Et cet espace reprendra son cours

Je suis sous anti dépresseurs depuis 3 ans et demi – oui le demi est important. A fortes doses. J’ai tenté deux sevrages à l’heure actuelle. Un en octobre 2014, en pensant que les changements prévus suffiraient à me faire passer le cap. Un changement de travail, de région de Paris à Toulouse, d’appartement plus tard force est de constater que non je n’ai pas pu. Pourtant j’avais tout arrêté. Mais non. J’ai repris les médicaments un peu avant de déménager. Au fur et à mesure j’allais mieux. Suffisamment pour tenter un sevrage début décembre 2015. Et puis j’ai tenu un mois et demi à 10 soit à moitié de ma dose classique. Et non c’est pas passé. Le 6 janvier j’ai fait une première attaque de panique j’ai eu l’impression d’étouffer dans le métro en reprenant le travail. Suffisamment pour prendre un anxiolytique auquel je n’avais pas touché depuis un an. Et des crises se sont suivies, plus ou moins fortes plus ou moins fréquentes.

La dernière date de ce jour, j’ai eu tellement mal au cœur que j’ai perdu pieds – avec un s parce qu’à ce niveau là c’était bien les deux pieds. J’ai fini par aller voir le toubib. Encore. Il doit en avoir marre le type.  Pour me rassurer. Verdict, je suis en bonne santé mais totalement rongée par mes angoisses. Très fatiguée aussi. Mais voila j’ai peur. Et je sais que c’est dans ma tête mais c’est pire.  J’en suis consciente et au final c’est peut être le plus dur à affronter. Oui, j’ai peur de mourir, oui j’ai peur d’être malade. Oui je suis surement hypocondriaque mais voila, je ne l’ai pas choissi, je le subis. Le mieux c’est de se détendre, de penser à autre chose mais c’est pas facile.

Tu n’as jamais fais de crise d’angoisse ou de panique? Je vais t’expliquer. C’est comme se noyer, une action, une parole, un événement amorce une crise puis une douleur survient, tu paniques encore plus. Et plus tu paniques, plus tu as mal c’est sans fin.

Moi je panique parce que j’ai mal et que je sens pas venir la douleur.

Ce n’est ni idiot ni stupide, mais c’est ma croix. Et, un jour, j’irai mieux.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s